Meet some English teachers (28) : Le coup de gueule d'Anne Pinel (Ac. Rouen)

Publié le par Marielle Bianchi

COUP DE GUEULE, PAS COUP DE BLUES !

ON VEUT DU RESPECT… ET DU FLOUZE !!!

 

  URG0037.jpg

 

35 ans que je suis prof ! Wow, pas vu l’temps passer… J’me sens pas si vieille, quoique par moment, je sens bien que mon corps n’est plus si jeune, mais bon, en gros ça gaze.

 

Alors c’est quoi « ce coup d’gueule » ? J’vais pas vous surprendre : y en marre qu’on s’foute de nous ? Jamais j’ai vu un tel mépris à notre égard. J’en ai vu passer des ministres de l’Educ’ Nat’, mais depuis 2003, c’est l’pompon !

 

Y a tellement de gens qui n’ont AUCUNE idée de ce que c’est qu’être prof de nos jours : les gamins n’ont plus rien à voir avec ceux d’il y a même 15 ans, la façon d’enseigner non plus. Y en a encore plein qui s’imaginent que c’est juste se planter devant 25 gamins et leur débiter un discours. Là franchement c’est la préhistoire.

Y a tellement de gens qui n’ont AUCUNE idée de ce que c’est qu’être prof de nos jours : à commencer par NOS MINISTRES SUCCESSIFS !!!!!!!!!!! Des ignares finis !!

 

En parlant de préhistoire, juste deux mots sur moi pour qu’on m’situe quand même :

Ch’ui prof d’anglais dans un collège de l’Eure depuis 24 ans déjà… Avant j’ai commencé comme M.A. (ça veut dire remplaçante non titulaire). Je voulais être pionne, mais ils m’ont proposé un remplacement de prof et j’ai accepté. J’aurais p’têt pas dû parce qu’après j’ai pas réussi à continuer mes études pour passer le CAPES et brinqueballée dans l’académie chui restée M.A. presque 8 ans... En 1982, à la suite de négos entre Jospin, Ministre Educ’ nat’ et les syndicats, j’ai été titularisée PEGC et plus tard, j’ai passé le CAPES interne.

Au bout du compte, j’ai fait 11 bahuts aux quatre coins de l’académie de Rouen ou presque, dont 4 mois en lycée (ça m’a donné une idée de ce que c’était), mais je n’ai jamais professé dans un collège véritablement « difficile ».

Dans ce « coup d’gueule » de ce jour, je fais volontairement l’impasse sur « la violence à l’école » qui ne se discute pas « à la volée » et qui pour moi implique tout un débat sur la « violence » de notre société qui génère cette « violence à l’école ». Et encore c’est pas si simple.

Je suis profondément persuadée que le mépris dans lequel nos gouvernants nous tiennent depuis deux décennies, aboutit au mépris de la société et… des enfants…

 

J’en n’ai pas marre de mon boulot, j’en ai marre qu’on nous MÉPRISE !!!!!!!!!!!!!!!

 

NON, on n’a pas plein de vacances où on passe notre temps à s’les rouler !! Pendant les vacances, on bosse !! On prépare des cours : et de nos jours, ça veut des dizaines et des dizaines d’heures. On corrige des copies. [Bon, d’accord, pas les profs d’EPS, mais ils font un peu plus d’heures de cours-semaine.]

 

OUI, nos salaires sont minables compte tenu du niveau d’études, de la qualification, du temps passé, de la responsabilité et de l’investissement.

 

NON, nous ne sommes pas trop nombreux, Monsieur le Président, et je vois pas comment on peut mieux enseigner (pour les profs) et apprendre (pour les élèves) quand on est 29 dans une classe plutôt que 20 ?? !!

La baisse démographique ? Foutaise ! Vous supprimez des postes même là où le nombre d’élèves augmente. Et puis justement ! Profitons de la baisse démographique pour abaisser les effectifs-classes pour de meilleures conditions d’apprentissage, pffffffffffff.

 

Et NON depuis 2005 que nos gouvernants suppriment des postes, nous n’avons pas vu la couleur d’un kopek d’augmentation !!!!!!!!!!!!!!!!! « Les professeurs seront mieux rémunérés quand ils seront moins nombreux. », et maintenant « Les caisses sont vides. » Et moi, chui l’archevêque de Canterbury…

 

OUI, nous nous payons deux mois de vacances à nos frais. Il est écrit dans nos statuts que nous sommes payés 10 mois divisés par 12. Donc que la population cesse de nous agonir pour des vacances de récupération indispensables et dont nous nous payons 2 mois : ce métier est exténuant, la fatigue nerveuse et intellectuelle est intense. Supprimez-nous des vacances et vous verrez le taux d’absentéisme s’envoler.


Les profs britanniques qui vivent une situation déplorable, connaissent un taux d’absentéisme record, car entre autres horaires démentiels, en cas d’absence, ils se remplacent les uns les autres, ce qui fait que les remplaçant-e-s, au bout du rouleau, tombent malades à leur tour = un cercle infernal qui a fait que plus personne ne voulait être prof là-bas. À cette différence près que leurs salaires sont le double des nôtres…

Le gouvernement ayant changé son fusil d’épaule, ils gagnent beaucoup, ont des conditions d’embauche attractives, mais leurs horaires localement sont toujours aussi infernaux.

 

NON, on ne réussira jamais à améliorer l’apprentissage des langues en n’instaurant pas des conditions optimales. J’énumère ici celles auxquelles je pense, la liste n’est pas exhaustive :

·      des effectifs classes de 20 en collège et de 25 en lycée,

·       un horaire de 3 à 4h heures hebdomadaires en classe entière + 1h dédoublée : 6ème 4,5h élève, 5ème 4h élève, 4ème et 3ème 3,5h élève. Au lycée, 3,5h élève. [Comme il en faut pour les autres matières, c’est une estimation.]

·      un-e assistant-e de chaque langue dans chaque établissement : horaire variable selon la taille des bahuts, donc 2 assistant-es pour les très gros, et un-e professeur-e responsable de l’assistant-e déchargé-e d’une à deux heures hebdomadaires,

·      des moyens techniques partout pour faire de la visio-conférence,

·      de l’aide individualisée par personnel compétent : c’est-à dire par professeur-e de langue titulaire, soit en surnombre, soit de l’établissement déchargé-e

·      des ateliers-conversation,

·      des clubs-cinéma en V.O.,

·      des enseignants du primaire convenablement formés : soit volontaires pour enseigner une langue, soit remplacé-e-s pour cet apprentissage par un-e collègue titulaire itinérant-e,

·      des échanges avec les pays de la langue encouragés par des moyens de financements nationaux et/ou locaux conséquents et une décharge horaire pour le /la professeur-e responsable de l’échange,

·      a minima, la même chose sous la forme de séjours si échange pas possible.

 

En ce qui concerne le sujet des groupes de compétences, pour le moment, je dirai juste : « Qu’est-ce qui justifie d’évaluer les enfants selon des compétences plutôt que des savoirs ??? », « Qu’est-ce qui justifie d’évaluer les enfants UNIQUEMENT selon des compétences et pas AUSSI des savoirs ??? », « Cela crée des problèmes importants : pas de possibilité d’être prof principal pour un prof de langue, impossibilité de faire des groupes de compétences pour les langues rares, groupes de niveaux discriminants et très imperméables, emplois du temps désastreux pour les profs ET les élèves, etc », « Des heures et des heures de concertation entre professeurs non-rémunérées » (et ça continue le travail gratuit !!!!!!!!!!!!!!!)… Donc, c’est NON !!!!!!!!!

 

Parmi mes autres réclamations immédiates :

·      16h de cours pour tous les profs du second degré + 2h diverses [ou 15h + 3h] : concertation, tutorat, aide individualisée, assistant-e, échange/séjour, formation à l’interne, projets interdisciplinaires, ateliers conversation, clubs, etc.. L’idée n’étant pas de faire de nous des touche-à-tout comme c’est de plus en plus le cas ce qui est une insulte à notre qualification, mais au contraire de payer ce que nous faisons déjà gratuitement et d’utiliser nos qualités de pédagogues autrement. Le tout se faisant toujours au volontariat,

·      Les agrégés passent à 13h + 2h, ou 12h + 3h, jusqu’à extinction du corps : cf. statut unique, corps unique,

·      Les profs d’EPS restent pareil : MDR, c’est une blaaaaague !

·      Pour le 1er degré, faut que j’en discute avec des PE,

·      Heures supplémentaires limitées au strict minimum pour les ajustements et basta,

·      Des salaires augmentés de 500 euros pour tou-te-s tout de suite à je veux une somme et non pas un pourcentage, tout le monde aura compris pourquoi… et je demande aussi un avancement beaucoup plus attractif,

·      Augmentation de l’indemnité de conseils de classes (+ 50€ mensuels), et de professeur-principal (+ 50€ mensuels), en particulier celle de classes à orientation = + 100€ mensuels,

·      Un seul concours pour un seul statut pour tou-te-s, suivi d’une spécialisation « primaire », « collège », « lycée », etc, avec possibilité plus tard de faire une formation complémentaire pointue pour passer de l’un à l’autre,

·       Un même traitement pour tous : celui des agrégés. Qu’on soit rémunéré-e-s pour le travail qu’on fournit et pas pour un niveau personnel qui ne sert à rien. Je m’explique : un-e agrégé-e enseigne-t-il mieux qu’un-e certifié-e ? Si oui, alors on devrait à tou-te-s nous demander de passer et réussir l’agrégation, dans l’intérêt des élèves !!!!!!! Sinon ça veut dire que c’est juste un niveau perso qui permet de travailler moins et gagner plus, [les collègues agrégé-e-s m’en voudront peut-être, ce serait dommage, y a pas de jalousie chez moi],

·      Un corps de remplaçant-e-s titulaires (qui existe déjà) sur zone réduite qui permette de combler véritablement tous les manques, (sans pour autant considérer les remplaçant-e-s comme des bouche-trous qu’on balade), et qui pourraient combler leur horaire si besoin avec de l’aide individualisée, de l’aide aux devoirs, des ateliers conversation, clubs, etc,

·       Une formation de qualité pour une école publique de qualité, [là c’est un sujet long, je ne le bâcle pas en deux lignes, je fais l’impasse.]

·      Du personnel de maintenance technique titulaire : en particulier pour la maintenance en informatique, visio-conférence, etc, à temps plein (en tout cas qui comble les besoins).

 

NON, ce n’est pas de la démagogie de demander 500 euros de plus pour tou-te-s, ni le salaire des agrégé-e-s  : c’est juste du rattrapage, c’est juste de la justice.

 

Et OUI nous avons besoin de décharges horaires pour mener à bien tout un tas de tâches qu’actuellement nous menons de façon BÉNÉVOLE : par exemple, assistant-e de langue, organisation d’échange ou séjour, réunions en tous genres qui se multiplient d’année en année, participation au CA et autres commissions, etc.

 

Je n’oublie aucunement les autres catégories de personnels que sont les CPE, les surveillant-e-s, les agent-e-s de service, les gestionnaires, les administratifs qui sont tout aussi sous-payé-e-s !!! Et à eux aussi il faut verser tout de suite 500 euros mensuels de plus et leur ajouter des collègues pour alléger leur charge de travail.

 

Je n’oublie pas non plus les fonctionnaires des autres services publics ou assimilés qui sont pour beaucoup payés au SMIC. Donc 500€ pour eux aussi.

 

J’ai volontairement écarté de l’augmentation les hauts-fonctionnaires tels que Préfet-e-s, Recteurs-rices, etc qui sont déjà bien servis. Quant aux chefs d’établissement, ils pourront continuer de toucher des indemnités ou des points, grâce à toutes les actions menées par les professeurs (sorties, voyages, etc).

 

Évidemment tout cela (plus de sous pour nous, moins d’heures, donc plus de personnels) relève d’une volonté politique. Et qu’on ne vienne pas nous dire qu’il n’y a pas d’argent, cette fable ne prend plus !!!

 

 

Et tous ces millions de fonctionnaires français-es qui gagneraient beaucoup plus, ça ne relancerait pas l’économie ?

 

Des profs en plus, des agent-e-s en plus, des CPE en plus, des surveillant-e-s en plus,

du personnel technique titulaire, ça fait des chômeurs-ses en moins, donc des assisté-e-s en moins, donc des cotisants chômage et retraites en plus,

et un service public d’éducation DE QUALITÉ.

 

 

Anne PINEL

Qui a sûrement oublié plein d’trucs,

mais bon, c’est pas mal déjà

Retour au sommaire "Who's who ?"

Commenter cet article

tesson 12/03/2010 22:08






 













Description : L'Elysee vend ses ustensiles de cuisine
Rubrique : blagues
Taille : 109 Ko









Télécharger le
diaporama
Autre lien de téléchargement : >>
Téléchargement sur mobile: >>







....un peu d humour en + ,


tesson 12/03/2010 19:54


Je ne suis pas enseignante mais ai toujours eu beaucoup de respect pour cette profession , heureuse de lire qu'il existe encore des profs qui n ont pas
peur de "dire tout haut" qu'ils ont encore la foi ,la volonté de rendre leurs cours interressants et motivants(sans suivre uniquement le progr établi par des gens qui ne savent mm pas ce que c est
d avoir 20enfants en face d eux mais habitués à entendre ronfler xd!!)mais que, comme d 'habne sont pas reconnus et sous oui sous payés.  pas le temps de tout exprimer mais j envoie "ce coup
de gueule" à tous mes ami(e)s !!  merci


Marielle Bianchi 12/03/2010 20:08


Bonsoir,
Merci d'avoir pris le temps de laisser un commentaire. Tous les soutiens nous touchent à une époque où nous nous sentons très méprisés...Nous étions en grève aujourd'hui encore et ce n'est pas par
plaisir que l'on perd une journée de salaire...
Petite correction : en classe, en collège, nous avons 30 ados, pas 20 et en lycée, la norme est autour de 35 ! Ce n'est pas ce que l'on dit aux informations bien entendu mais c'est la réalité...en
ville en tout cas...il existe encore fort heureusement quelques collèges en milieu rural qui n'ont pas des classes aussi chargées.
Je vous remercie et vous souhaite un bon weekend
Marielle, blogmaster


Delphine Goncalves 21/02/2010 13:16


Que d'exemples, que d'illustrations qui témoignent de nos conditions de travail au quotidien .. et pourtant on l'aime notre boulot !
Joli article !
Delphine