Collège/Lycée/Univ, un raccord difficile (8) : Laurent (Fac de droit 2ème année, Tlse)

Publié le par Marielle Bianchi

Capture-d-ecran-2010-03-15-a-08.59.29.jpg
Bonjour, voilà je me présente je m'appelle Laurent je suis à l'heure actuelle en deuxième année de droit à l'Arsenal.
J'ai accepté de vous parler de mon «expérience» à propos des changements qui surviennent au cour de notre scolarité, à la demande de Mme Bianchi.

Tout d'abord le collège; en fait il n'y a pas grand chose à dire, je pense que vous êtes assez bien placés pour voir comment ça se passe.

Passons sur ces quatre années et intéressons-nous aux choses plus attrayantes.

Après le collège Marengo, la seconde n'a pas vraiment été un choc comme on peut vous le décrire (du moins pour ma part) mais plutôt un bonne expérience, étant donné qu'on arrive finalement dans la cour des grands, et qu'on se rend compte que quand on en partira on sera pour la moitié d'entre nous majeurs. De plus mes résultats suivaient la même lignée qu'au collège donc que demander de plus...
La classe de seconde a finalement été pour moi un prolongement du collège, sans grandes conséquences, malgré le choix de l'orientation qui s'offrait à moi.
Un choix étant obligatoire, j'intègre la filière S, ce n'était pas vraiment un choix réfléchi, j'ai plutôt suivi l'avis de mes professeurs qui me disaient que j'avais les capacités.
À partir de ce moment là, quelques changements se sont fait percevoir, il faut dire que je me rends compte au bout du second trimestre que finalement à part quelques éléments ,le scientifique ne m'intéresse pas vraiment.
C'est là que je donnerais mon premier conseil qui est réellement de faire ce qui vous plait même si cela peut paraître difficile je pense qu'il faut prendre le temps de se pencher sur la question. C'est ce que je reprocherais au système éducatif, c'est que l'on doit trop tôt ou trop vite, et surtout trop intégralement intégrer un filière (espérons que la réforme gommera ne serait-ce qu'un peu ce système) donc essayez quand même d'y réfléchir.
Et pour ma propre expérience cela aurait pu vraiment me porter préjudice, en effet je ne travaillais que ce qui m'intéressait, donc soit juste certains chapitres de matières(notamment en physique chimie), soit je laissais carrément de coté certaines matières (en l'occurrence les mathématiques, ce qui peut sembler un peu paradoxal mais il faut garder de vue que il y a 3 matières scientifiques en S). Comme je disais cela aurait pu réellement être une épine dans le pied mais heureusement je savais déjà que je voulais aller à la fac et qu'il n'y avait pas de sélection sur dossier.

Si j'avais voulu intégrer une école, je n'aurais certainement pas été pris.

N'écoutez pas ceux qui disent que les S sont privilégiés car leur formation est plus «dure» , il vaut mieux un bon dossier dans n'importe qu'elle autre filière plutôt qu'un Bac S obtenu à 10...

Première puis terminale, même schéma dans mon attitude et dans mes résultats.

Fin Juin j'obtiens mon Bac avec 11.6 malgré un scandaleux 3 en maths (Bah oui quand on apprend pas pendant 2 ans et qu'en plus on ne révise pas pour le bac ...)

Septembre qui suit, me voilà à l'entrée de la faculté de droit de Toulouse. Je pense que c'est là qu'on ressent vraiment une différence de structure, les amphis, l'anonymat.. C'est pour cela, je pense qu'il faut bien réfléchir sur ses capacités avant d'intégrer n'importe quel Faculté, mais je ne parle pas de capacités intellectuelles.
Un minimum de sérieux et de rigueur sont nécessaires, personne n'est là pour vous demander pourquoi vous n'étiez pas là tel jour ou pour vous dire que votre cours a commencé que vous êtes en retard. Je dirais que c'est à double tranchant, soit on s'y fait très bien, on sait se gérer, soit c'est un peu plus difficile et finalement on arrive à passer la journée entière au café, ou chez soi.
Il faut dire que les soirées étudiantes pourraient être considérées comme partie intégrante de l'emploi du temps et parfois on a du mal à quitter sa couette le matin. Puis là encore faire quelque chose qui nous intéresse est, je pense, primordial, parce que comment s'obliger à aller à des cours dont on a finalement rien à faire. (sur 2 semestres en première année il y a eu un pourcentage de réussite qui se situait aux alentours de 30% et cette année au premier semestre il y a eu 36% de réussite).

En deuxième année pour l'instant ça se passe relativement bien, il y a quand même une grosse différence entre la première année qui reste qu'une introduction au droit et la deuxième qui reste certes générale mais qui touche à des domaines plus larges.

Pour résumer je pense qu'il faut oui travailler à n'importe quel niveau que ce soit, mais surtout faire quelque chose qui plaise. Pour ma part je pense que ce qui m'a sauvé au lycée était ma «fierté», dans le sens ou je n'avais pas envie de redoubler et que lorsque des mauvaises notes arrivaient, ça avait quand même un impact sur moi, je n'étais pas totalement désintéressé et c'est certainement cela qui me poussait à avoir de bonnes notes dans les autres matières, puis surtout je n'avais pas envie de recommencer une année de plus.

En tout cas je vous souhaite à tous une réussite non seulement dans vos études, mais aussi à côté et au delà.

Laurent


Retour au sommaire Collège/Lycée/Université...


Commenter cet article