Collège/Lycée/Univ, un raccord difficile (7) : Félix (Fac de droit 1ère année, Tlse)

Publié le par Marielle Bianchi

A l'attention du corps étudiant de Mme Bianchi, professeur d'anglais.Felix-copie-2.jpg


On ne se connaît pas, on ne s'est jamais vu, mais on a eu le même professeur d'anglais, Mme Bianchi.
Je m'arrête et je recommence, ça fait vraiment trop publicité Volvic avec participation de Zinedine Zidane.
Allons droit au but, c'est plus intéressant.
Mme Bianchi m'a contacté il y a peu pour que j'intervienne, que je parle d'expérience étudiante, tout ça tout ça, mais surtout à propos de la question du travail continu (révision du cour du jour même, en gros). En 6 ème, j'étais ce qu'on appelle un GROS FLEMMARD. Je ne faisais rien du tout. J'ai réussi à passer tout juste à chaque fois, mais vraiment tout juste. Sur le coup, on se dit que c'est bien, qu'on travaille pas des masses mais qu'on continue quand même. Aujourd'hui, je vais vous dire, je regrette un peu. Beaucoup même.
Peut être que vos profs se montrent sévères à votre égard (je me rappelle d'un cahier qui a volé à travers la salle, éparpillant feuilles pas organisées du tout, pas collées, donc pour les révisions, c'était fini dès le départ (pas d'organisation, c'est une perte de temps incroyable à tout reclasser deux jours avant un contrôle important), mais cette sévérité, c'est vraiment pour votre propre réussite, vous forcer à faire quelque chose qui vous servira plus tard. On s'en rend pas compte sur le coup mais, non de dieu, c'est handicapant. Aujourd'hui, je dois fournir un travail plus que régulier, très poussé, avec des analyses pertinentes. Bon. C'est 20 heures de travail par semaine en plus des 20 heures de cours, ce qui représente 40 heures de boulot par semaine (je suis en Faculté de Droit et c'est pas aussi «libre» que ça).

Parlons maintenant des cours d'anglais. Reprenons la 6ème. Comme vous pouvez le constater, comme Mme Bianchi elle même pourra le dire, j'ai vraiment rien foutu. Et elle arrêtait pas d'être derrière moi. 32 mots sur le carnet (c'était beaucoup à cette époque, je sais pas comment ça marche pour vous). C'était pas drôle du tout d'aller en cour (c'est jamais drôle, mais là, c'était carrément désagréable, j'en étais à me faire des films d'une fuite en passant par la fenêtre...
Arrivé en 5ème, j'ai eu un début de reprise en main. Je suis passé de 6 de moyenne à 8-10. C'est pas énorme, mais c'est quand même ça. J'ai fourni plus de travail (un peu plus), et ça a plutôt payé. Au final, je me suis retrouvé avec 14 au baccalauréat, ce qui m'a permis de rattraper quelques notes (j'étais l'un des meilleurs en anglais durant tout le lycée, vraiment. Après, fallait voir les autres, complètement à la ramasse, qui savaient aligner deux phrases de CM2: «My name is X. I'm from Toulouse». Pas de quoi réussir ses examens).

Donc lorsque vos professeurs vous disent de taffer un max à la maison, c'est pas pour vous préparer aux contrôles (bon un peu quand même), mais c'est surtout pour vous préparer à vos études futures, vous apprendre à bosser comme il faut.

Un dernier petit conseil, si vous voulez réussir en anglais, regardez vos DVD en VOSTFR, j'ai beaucoup appris !

Félix (1ère année de droit à l'Arsenal (Université Toulouse Capitole)

Retour au sommaire Collège/Lycée/Université...

Commenter cet article