Collège/Lycée/Univ, un raccord difficile (5) : Pierre (E.S.C Rouen)

Publié le par Marielle Bianchi


Bonjour à tous ! 


Tout d’abord je tiens à préciser que je n’écris pas cet article sous la contrainte de Mme Bianchi… Je vous écris certes à sa demande mais aussi parce cela ne me dérange pas de partager mon expérience et si ca peut en aider quelques-un(e)s…tant mieux. Par ailleurs, je suis tombé récemment un peu par hasard, sur le blog de Mme Bianchi, que j’avais eu en prof d’anglais en 6ème et en 5ème lorsqu’elle enseignait encore à Pau (jadis), et j’ai trouvé qu’il était rempli de bonnes idées ; j’ai donc voulu amener ma petite contribution. Je me souviens qu’à votre âge, je n’avais absolument aucune idée de ce que je voulais faire plus tard (à part testeur de jeux vidéo…mais on finit par abandonner ses rêves de gosse et c’est bien dommage). Ceci est un témoignage véritable-le mien- qui pourrait vous intéresser.

Je m’appelle Pierre, j’ai 21 ans et je viens du Sud-ouest, plus précisément de Pau pour les plus balaises en géo ☺. Et je ne suis pas très photogénique comme vous pouvez le voir...En tant que vieux j’ai parcouru un long parcours scolaire parsemé d’embûches et de joies.

Je vais pour commencer me rallier aux autres témoignages d’étudiants qui vous mettent en garde concernant le passage de la troisième à la seconde. Au collège, j’étais un très bon élève, en classe européenne, avec de bons résultats. Puis je suis arrivé au lycée…

  • on passe d’une petite structure (env 600 élèves) à une usine (entre 2000 et 2500 lycéens dans mon lycée « Barthou » à Pau)…de même, on se retrouve dans des classes avec 30/35 élèves.

  • les profs n’ont plus exactement la même attitude à notre égard : ils nous considèrent comme des « grands », ce qui a de bons (les colles et punitions se font beaucoup plus rares^^) et de mauvais côtés (moins d’encadrement, moins de temps à nous accorder).

  • Le niveau et la charge de travail augmente et on se sent vite paumé. Ainsi, pour ma part, en arrivant j’étais relativement confiant et j’ai vite déchanté. J’étais dans la classe européenne du lycée (donc la meilleure), il y avait de très bons élèves et les profs avançaient très vite (certains le faisant même exprès…méfiez-vous des profs de maths ;) j’ai une petite rancune personnelle faites pas attention ).Par ailleurs, c’est la période ou je commençais un peu à faire des soirées entre potes, à sortir, ce qui n’arrangeait rien !Ce fut une année très difficile pour moi…je ne suis pas passé loin du redoublement et d’un changement d’orientation (je serais probablement parti en BEP).

En résumé, accrochez-vous, travaillez régulièrement ☛ce sont les clefs du succès. Je sais que ca parait bateau comme conseil mais ce sont des bonnes habitudes à prendre. Je ne les ai jamais perdues. Après il y a toujours ceux qui préfèrent travailler au dernier moment…du moment que les résultats suivent tous les moyens sont bons après tout. Pour ce qui concerne la filière européenne, prenez la si vous vous en sentez capable…et ce n’est pas deux heures de plus par semaine sur votre carnet de correspondance qui vont vous tuer^^

Sautons les quelques années du lycée------profitez-en d’ailleurs----ça fait vieux de dire ça------

Après mon bac éco, j’ai commencé par tenter une grande école : « sciences politiques » à Bordeaux (Sciences po pour les intimes), une très bonne école qui permet d’accéder à de très bons postes dans l’administration, le journalisme…etc….malheureusement c’est un concours très difficile qui se prépare…je l’ai donc lamentablement raté.

Je me suis alors un peu rabattu sur un deuxième choix par défaut : une faculté de droit. N’allez jamais en fac si vous n’êtes pas motivé et prêts à travailler par vous-même. Je n’ai pas du tout aimé le droit. J’ai arrêté au but de six mois, après avoir eu mon premier semestre…je précise parce que vous devez commencer à vous dire que je suis un peu « cassos » !

L’année suivante, j’ai fait un DUT spécialisé dans le commerce. Un DUT, c’est un parcours de deux ans après le bac qui permet de se spécialiser dans des domaines divers (informatique pour les geeks- ; comptabilité…) avec d’un côté les cours et de l’autre plusieurs stages (pas le mini stage inutile de trois jours qu’on fait en troisième !-->que j’avais fait au petit casino en bas de chez moi parce que j’avais la flemme d’aller chercher plus loin ! Ne faites pas comme moi ^^je vais me faire engueuler par Mme Bianchi !). C’est une très bonne formation qui permet à la sortie d’entrer directement d’entrer sur le marché du travail si on le souhaite ou de continuer ses études pour compléter son cursus (et obtenir un meilleur job théoriquement).

Je ne me sentais pas encore prêt à aller bosser. J’ai donc tenté une autre grande école (encore oui) : les écoles de commerce. Vous avez déjà du en entendre parler, vous connaissez peut-être des gens qui y sont, il y en a une à Toulouse d’ailleurs. Il y en a pas mal en France qui sont plus ou moins bien classées dans le classement officiel. J’ai beaucoup préparé mes concours qui se divisaient en deux parties : écrit et oral. Finalement ca s’est bien passé et je suis au jour d’aujourd’hui en école de commerce à Rouen (une des meilleures, comme quoi, fallait pas perdre espoir !) et il me reste encore quelques années à tirer dans cette région…comment dire ?...pluvieuse. Dans l’idéal, je voudrais bosser (je vais faire rêver pas mal de mecs je pense) dans une boite de jeux vidéo (style Ubisoft⇒les lapins crétins, assassin creed, Rayman…comme quoi il ne faut jamais laisser filer ses rêves de gosse, jamais…il faut se donner les moyens de les atteindre) ou lié au cinéma pour y faire du marketing (en gros le marketing c’est toutes les conneries-pardon bêtises- que vous voyez à la tv ou dans vos magazines qui cherchent a vous faire acheter ce dont vous n’aviez pas besoin 5 minutes auparavant).


Voila voila, j’espère qu’il y a des courageux qui sont arrivés jusqu’en bout. Ou que Mme Bianchi vous obligera à tout lire en « homework » haha.

En parlant de Mme Bianchi, profitez-en. C’est une excellente prof d’anglais, j’ai plus appris pendant mes deux ans avec elle que sur le reste de ma scolarité ! Et encore une fois je ne dis pas cela sous la menace ou la torture !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas, 21 ans c’est pas si vieux puis j’ai pas trop grandi dans ma tête !

Ps : désolé si des fautes d’orthographe se sont glissées dans ce témoignage, j’ai un virus sur l’ordi qui me met des fautes partout (qui a dit mytho ?)

Pierre

 
Retour au sommaire Collège/Lycée/Université...

 

Commenter cet article