Je ne pars pas, je pars à la retraite ! Un article de Laure Peskine !

Publié le par Marielle Bianchi

 

Le blog de Marielle, que je remercie, me permet de prolonger avec mes collègues d'e-teach et d'eTeachNet l'au revoir vécu avec mes collègues du collège César Lemaitre à Vernon (27200) où j'ai enseigné de 1977 à 2010, jusqu'au moment de prendre ma retraite.

Il y a d'abord eu un pastiche de Jacques Brel* que j'avais écrit spécialement pour mes collègues du collège.


chanson.jpg

Laure accompagnée par Mathilde, sa collègue de musique


La chanson fut suivi d'un splendide hommage de mes collègues, qui, sous la houlette de mes collègues d'anglais Maité et Sandra, (nommées dans la chanson) ont dansé un cha cha slide. (J'ai enfin compris pourquoi je trouvais la salle des profs déserte aux récrées...)


chacha.JPG

 

Retraite veut dire que je vais avoir plus de temps pour me consacrer à la réflexion sur l'enseignement des langues vivantes et à la vie associative. Je vais donc continuer à essayer de rester à l'écoute de mes collègues.

Les dix dernières années de ma carrière ont vu l'avènement du travail collaboratif entre enseignants et c'est certainement ce qui m'aura le plus marquée. La réflexion professionnelle et didactique est sortie de la sphère individuelle pour investir la sphère collective, et je suis persuadée que ce n'est qu'à cette condition que nous arriverons à survivre individuellement face à un système qui prend des mesures sans en mesurer la portée, installant le manque de transparence et la confusion (comme pour la validation A2 au DNB (Cliquez ici pour lire l'article de l'APLV)

Un système aussi qui n'assure ni la formation initiale (Cliquez ici pour lire l'article de l'APLV), ni la formation continue des enseignants : tous les professeurs de LV n'ont pas encore été formés au CECR ou à la perspective actionnelle, les crédits alloués à la formation continue sont diminués chaque année de telle façon que même les stages prévus doivent être annulés en fin d'année scolaire faute de crédits pour payer les formateurs.

Un système qui reconnaît que les horaires officiels sont insuffisants puisqu'il organise des stages pendant les vacances, mais qui en parallèle réduit ces horaires officiels ; qui veut que nous organisions des échanges linguistiques et culturels (Cliquez ici pour lire  un article officiel) mais qui non seulement ne tient pas compte de l'énorme charge de travail que ceci représente en n'instaurant pas de décharge horaire pour s'en occuper, mais qui impose des règles qui oblige parfois les chefs d'établissements à demander aux organisateurs de ces voyages en plus de payer leur propre voyage ou hébergement alors qu'ils sont en service (Cliquez ici pour lire un article de l'APLV)!!! J'en oublie, c'est sûr, mais c'est déjà un début.

Ce n'est donc pas un au revoir, juste un à bientôt, sur les listes de diffusion, à l'APLV et sur Open English Web !

 

* Ce métier là par Laure, d'après Jacques Brel !


 

D'abord, d'abord, y'a les élèves

Ceux qui tourn' pas bien rond

Ceux qu'assurent la relève

Ceux qui sav' pu leur nom

Tellement y sont j'tés

Tellement qu'y sont mals

Que ça vous met les j'tons

Mais qui s'y sont pour rien

Et qui sont les victimes

Avec leur DNB

Et leur valid' A2

Le système est faussé

Vont tomber dans l'abîme

On les retrouve matin

A l'ANPE


Faut vous dire, m'sieur dam'

Que dans c'métier là

C'est pas toujours gai

On est souvent largué


Et puis y'a les parents

Ah, eux sont pas marrants

Parce qu'y voudraient des not'

Des bonnes, pas dl'a gnognote

Et font leurs petit' zaffaires,

Et leurs petits commentaires

La not' de vie scolaire

Et puis A, B ou C

Y veulent même plus savoir

Et puis qui démissionnent

Les gamins leur échappent

Et nous faut qu'on rattrape

Qu'on arrête la soupape

Avant que ça se casse


Faut vous dire m'sieur dam

Que dans c'métier là

On s'bat, on s'bat

C'est dur




Et puis y'a les collègues

Qui sont jamais contents

Va y laisser nos grègues

À bas le ministère,

À bas le syndicat,

On s'est bien fait baiser,

Y nous bouf' not' retrait

On est dans la charette

Et quand on sera vieux

Y'aura plus qu'à crever

On est fait com' des rats


Faut vous dire, m'sieur dam'

Que dans c'métier là
On râle, on maugrée

On encaisse,


Et y'a la CPE

Que quand elle est pas là

On s'fait toujours des noeuds

Avec ses petits mouchoirs

Quand on croit qu'on va choir

Et puis y'a les artistes

Sont toujours sur la brèche

Et zont toujours la pêche

Parce que dans c'métier là

On rêve, on crée, on fait

Et on a des idées


Et puis, et puis,

Et puis, y'a Maité,

Et puis y'a Sandra

Font pas qu'parler anglais

N'en finissent pas d' danser

Et qu'on s'est bien marré

M'ont fait faire des piercings

On a fait du shopping

On s'est encanaillé

Faut vous dire, m'sieur dam

Que dans c'métier là

On s'amuse parfois,

On rit, on pleure

Mais il est tard m'sieur 'dam

Il faut que j'passe la relève

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article